Nathalie Dumont

« Des allures équilibrées et amples et soutenues, une bonne taille, un dos et des membres forts, un modèle luxueux …. ! »

    Une Andalzon chez Nathalie Dumont !

Pour ceux et celles qui se demandent POURQUOI mon amie Nathalie Dumont a une ANDALZON dans ses écuries !

        Voici le début d’une belle Histoire….     » BELHELENE », un rêve qui devient réalité !

Celui qui a l’habitude de monter des chevaux frisons sait de quoi je parle… !

Le frison est un cheval puissant, la plupart du temps construit sur les épaules et difficile à équilibrer. Les allures sont en général amples et soutenues, mais le galop reste souvent balancé et difficile dans l’équilibre, mais on s’y fait, avec du travail, tout ça s’améliore !

Celui qui connait bien le cheval de pure race espagnol ou le lusitanien ne se pose pas la question sur l’équilibre du galop, par contre le trot sera peut-être un peu étriqué et manquant de soutien… !

La sélection du cheval de travail au fil du temps a grandement influencé toutes ces races, soit par des besoins de traction au trot pour les frisons ou la propulsion et l’équilibre du galop tant recherchés pour les chevaux ibériques dans le tri du bétail, avec des avantages et des inconvénients chacun inhérents à leurs caractéristiques raciales.

L’idée de mon amie Cécile Augier de marier ces races dites baroques qui ont toujours eu ma préférence m’a tout de suite séduite. J’ai toujours été passionnée par les chevaux baroques et quelque peu frustrée par le fait de n’avoir jamais eu d’ibérique, cheval parfait à mon sens de par sa beauté, son caractère et son utilisation.

Mon premier cheval aurait d’ailleurs dû être un espagnol, mais à l’époque où j’ai pu acheter, sévissait la peste équine ; et les frontières, qui à l’époque n’étaient pas ouvertes, l’étaient encore moins au niveau importation vu cette épizootie !

Bref, en attendant de pouvoir récupérer un cheval venu d’Espagne, je me suis retrouvée par hasard en compagnie d’un frison, qui n’est plus reparti de chez moi.

Petit à petit investie dans cette race, j’ai fait la connaissance de Cécile sur un lieu de concours et partagé beaucoup de choses au niveau élevage par le biais de l’association.

C’est d’abord une relation de confiance de par ses résultats, et d’amitié bien sûr entre l’éleveuse et moi, une curiosité pour son idée de croisement entre ses frisons et les chevaux ibériques.

Quand il lui prend d’acheter son premier poulain espagnol, je l’envie beaucoup…!

Et plus tard lorsque je découvre les premiers clichés de produits obtenus chez elle, l’opération séduction se propage chez mon mari… !

Presque vingt ans d’élevage de chevaux frisons et d ‘investissement auprès de la race en tant que juge ne m’ont pas fait renoncer à mon rêve qui se réalise en quelque sorte avec l’achat de Belhélène de Val Castel, fille de Tendero Del Sol et de Nedia de Val Castel, qui réunit les qualités tant recherchées pour moi chez un cheval dit « baroque », aussi bien fait pour le travail de loisir que pour le sport.

Des allures équilibrées et amples et soutenues, une bonne taille, un dos et des membres forts, un modèle luxueux …. !

 J’ai hâte de voir ce que cela va devenir sous la selle, pour l’instant, elle est mise en longe aux trois allures en caveçon, et supporte le surfaix sans problème. En extérieur en main, elle est très franche et veut toujours être en tête, son pas est très long, ce sera probablement aussi un très bon cheval d’extérieur !  »

 

Nathalie Dumont
     – le 6 Juin 2014 –